Vous souhaitez déposer une plainte contre une institution ou un organe de l’Union européenne ?

Rechercher des enquêtes

Affaire
Date
Mots clés
Ou essayez d’anciens mots-clefs (avant 2016)

Affichage 1 - 20 des 85 résultats

Décision dans l’affaire OI/4/2021/MHZ sur la manière dont l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) se conforme à ses obligations en matière de droits fondamentaux et garantit l’obligation de rendre compte en ce qui concerne ses responsabilités accrues

Lundi | 17 janvier 2022

Cette enquête d’initiative a évalué la manière dont l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) se conforme à ses obligations en matière de droits fondamentaux et de transparence au titre du règlement (UE) 2019/1896 (le «règlement Frontex»), qui a élargi le mandat de Frontex.

L’enquête a porté sur la manière dont Frontex garantit la transparence de ses «plans opérationnels», lesquels définissent les paramètres de ses opérations, et sur la manière dont elle décide de suspendre une activité, d’y mettre un terme ou de renoncer à son lancement en raison de préoccupations liées aux droits fondamentaux. L’enquête a également évalué le contrôle du respect des droits fondamentaux lors des retours forcés et la supervision de Frontex lors du processus de filtrage des personnes sans papiers qui franchissent ou tentent de franchir illégalement une frontière extérieure de l’UE.

Sur la base de l’enquête, la Médiatrice a formulé diverses suggestions à l’intention de Frontex, afin de renforcer sa responsabilité. La Médiatrice encourage Frontex à faire preuve de transparence de manière préventive en ce qui concerne les plans opérationnels et l’analyse des droits fondamentaux sur laquelle son directeur exécutif fonde ses décisions de lancer des opérations, de les suspendre ou d’y mettre un terme. Elle suggère que Frontex donne certaines instructions aux «équipes de filtrage» qui procèdent à des entretiens avec des réfugiés. La Médiatrice encourage également Frontex à améliorer le contrôle des retours forcés lorsque les escortes des personnes faisant l’objet d’une décision de retour sont des membres du personnel de Frontex et à garantir une meilleure communication sur les opérations de contrôle.

Décision dans l’affaire OI/5/2020/MHZ sur le fonctionnement du mécanisme de plainte de l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) pour les violations présumées des droits fondamentaux et le rôle de l’agent chargé des droits fondamentaux

Mardi | 15 juin 2021

La Médiatrice a ouvert une enquête de sa propre initiative afin d’examiner la manière dont l’Agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes (Frontex) traite les violations présumées des droits fondamentaux via son «mécanisme de plaintes», et d’aborder le rôle et l’indépendance de l’agent chargé des droits fondamentaux de Frontex à cet égard.

Dans le cadre d’une précédente enquête, la Médiatrice a recommandé la création d’un mécanisme indépendant pour traiter les plaintes concernant les opérations de Frontex. Le mécanisme de plaintes a été approuvé par les législateurs de l’UE, et est devenu opérationnel en 2016.

Avec le mécanisme de plaintes, Frontex traite les plaintes des personnes qui estiment que leurs droits fondamentaux ont été violés dans le cadre des opérations de Frontex. Le rôle de l’agent chargé des droits fondamentaux est de traiter directement les plaintes concernant les actions des membres du personnel de Frontex, ainsi que de s’assurer que les plaintes concernant le personnel des autorités nationales impliquées dans les opérations de Frontex sont traitées correctement par les autorités compétentes.

Cette enquête visait à évaluer la manière dont Frontex a mis en œuvre les nouvelles règles concernant le mécanisme de plaintes et l’agent chargé des droits fondamentaux, qui sont entrées en vigueur en novembre 2019. Elle a également cherché à évaluer l’efficacité globale du mécanisme de traitement des plaintes, dans un contexte de préoccupations publiques concernant les violations des droits fondamentaux dans le cadre des opérations de Frontex.

Depuis sa création, le mécanisme de plaintes n’a traité qu’un très faible nombre de plaintes, et aucune plainte n’a encore été déposée concernant les actions des membres du personnel de Frontex. Entre 2016 et janvier 2021, l’agent en charge des droits fondamentaux a reçu 69 plaintes, dont 22 étaient recevables. Les opérations associant des membres du personnel de différents organismes, qui relèvent de différentes autorités, il peut être difficile pour les plaignants potentiels d’identifier les auteurs présumés et de comprendre comment et à qui ils peuvent signaler les violations présumées, et de demander réparation par les voies appropriées.

Dans le cadre de cette enquête, la Médiatrice a également examiné les plaintes traitées par le mécanisme de plaintes et a identifié diverses lacunes potentielles qui pourraient compliquer le signalement des violations présumées des droits fondamentaux et la demande de réparation. L’enquête de la Médiatrice a également identifié des retards de Frontex dans la mise en œuvre de ses nouvelles obligations concernant le mécanisme de plaintes et l’agent chargé des droits fondamentaux.

Sur la base de l’enquête, la Médiatrice présente une série de suggestions d’amélioration à Frontex, en vue d’améliorer l’accessibilité du mécanisme de plainte pour les victimes potentielles de violations des droits fondamentaux et de renforcer la responsabilité des opérations de Frontex et de tous ceux qui y prennent part. Il s’agit notamment de suggestions sur la manière de permettre aux victimes potentielles de violations des droits fondamentaux d’être plus facilement informées des possibilités de recours et de signaler les incidents, ainsi que de suggestions visant à améliorer le traitement et le suivi des plaintes.