Vous souhaitez déposer une plainte
contre une institution ou un organe de l’Union européenne?

Langues disponibles:
  • FRFrançais

La Médiatrice propose de nouvelles mesures contre le harcèlement dans les institutions de l’UE

La Médiatrice européenne, Emily O'Reilly, a dressé une liste de bonnes pratiques après avoir examiné les politiques contre le harcèlement dans 26 institutions et agences de l’UE.

Les pratiques en question comprennent une meilleure sensibilisation, une évaluation des risques sur le lieu de travail, un suivi régulier des politiques menées, des formations obligatoires, des procédures rapides et des mesures de protection.

«Alors que les institutions de l’UE ont en général de bonnes politiques contre le harcèlement, mon rapport met en évidence qu’on peut et qu’on doit faire plus pour qu’elles soient en phase avec les attentes légitimes suite au mouvement #MeToo.»

«L’objectif de cette analyse est d’aider à normaliser ces pratiques identifiées au sein de toutes les institutions de l’UE», a dit Mme O’Reilly.

Parmi les mesures à mettre en place, il faut également prévoir : la possibilité pour les stagiaires d’adresser des plaintes officielles en matière de harcèlement ; des formations régulières pour les personnes de confiance et la mise en place d’une équipe d’enquêteurs indépendants, sur lesquels les institutions pourraient s’appuyer lors d’enquêtes officielles sur le harcèlement.

La Médiatrice remarque que des cas de harcèlement peuvent engendrer un déséquilibre des pouvoirs significatif et suggère des règles plus strictes pour les hauts fonctionnaires. Parmi les exemples de bonnes pratiques, citons la politique contre le harcèlement de la Cour des Comptes, qui prévoit des mesures disciplinaires sévères à l’encontre de personnes coupables, telles qu’un départ en retraite obligatoire ou une privation des droits à la retraite.

Le plus important pour Mme O’Reilly est de parvenir à ce que tout le personnel de l’UE – indépendamment de son statut – soit protégé par des politiques contre le harcèlement et que cette protection couvre tous les actes commis par un membre du personnel, y compris un haut fonctionnaire.

«Tous les lieux de travail peuvent être touchés par le harcèlement ; ce qui fait la différence c’est la tolérance zéro à l’égard du harcèlement, le fait d’informer son personnel et de lui donner les droits et les pouvoirs d’agir», a dit Mme O’Reilly.

La Médiatrice tiendra compte de ces bonnes pratiques lors de l’examen des plaintes sur la façon dont les institutions de l’UE ont traité des cas de harcèlement.

Vous pouvez accéder à la liste des institutions et des agences que la Médiatrice a consultées ainsi que le résumé des principales conclusions en cliquant ici.

Derniers communiqués de presse


Mercredi | 19 juin 2019Communiqué de presse

Ombudsman welcomes Dutch initiative on EU transparency


Pour les demandes de la presse

Pour plus d'informations sur les activités médiatiques de la Médiatrice, veuillez contacter : Madame Gundi Gadesmann, chef de la communication, tél.: +32 2 284 26 09.