• Lodge a complaint
  • Request for information
Questions about Europe?Your Europe - The portal to on-line European and national public servicesTreaty of Lisbon

La Médiatrice déplore la position de la Commission sur les règles de l'ONU relatives au lobby du tabac

Available languages: en.fr

Communiqué de presse n° 2/2016

8 février 2016

37888174
37888174
Author: michael wallraf
Copyright: © Stocklib

La Médiatrice européenne, Emily O'Reilly, déplore vivement que la Commission européenne ait choisi de ne pas rendre ses relations avec l'industrie du tabac plus transparente, conformément aux lignes directrices de l'ONU.

La Commission a répondu à la recommandation de la Médiatrice, demandant à étendre la politique de transparence de la DG Santé à toutes les DG, en publiant proactivement en ligne toutes les réunions de tout le personnel de la Commission avec les lobbyistes du tabac.

Une telle démarche démontrerait que l'industrie du tabac mène des actions de lobbying au sein de multiples directions générales, afin de servir ses intérêts commerciaux.

Dans son opinion en réponse à la recommandation de la Médiatrice, la Commission persiste à dire qu'elle respecte ses obligations en vertu de la Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la Santé pour la lutte antitabac (CCLAT).

Toutefois, les directives de l'OMS stipulent clairement que « toutes les branches du gouvernement » entrent dans le cadre de la CCLAT.

Emily O'Reilly a déclaré: « Je salue le travail important que la Commission Juncker a réalisé afin d'améliorer la transparence du lobbying et ses intentions à apporter d'autres améliorations.

Cependant, ceci est une occasion manquée par la Commission Juncker de faire preuve de leadership mondial dans le domaine essentiel du lobbying du tabac. La Commission Prodi a joué un rôle de premier plan dans le développement de cette importante Convention des Nations Unies.

Il n'est pas suffisant d'adopter une vision restrictive de ce qui est attendu de la CCLAT de l'ONU, ni de justifier le manque de proactivité sous le prétexte qu'elle satisfait aux exigences légales minimales requises. La santé publique exige les plus hauts standards.

Le maintien du statu quo signifie effectivement que les futures réunions de fonctionnaires de la Commission avec les lobbyistes du tabac peuvent susciter de la méfiance. Il semble que la sophistication des actions de lobbying mondiales des géants du tabac continue à être sous-estimée

Lorsque la Médiatrice aura reçu les commentaires du plaignant, elle rédigera son analyse finale de cette affaire.

Contexte

La plainte a été introduite par une ONG qui prétendait que la Commission ne respectait pas ses obligations conformément à la Convention de l'OMS pour la lutte antitabac. La Médiatrice a approuvé le point du vue du plaignant, estimant que l'approche de la Commission d'informer de la tenue de réunions avec les lobbyistes du tabac était, à l'exception de la DG Santé, insuffisante, peu fiable et peu satisfaisante. La Médiatrice a également été frappée de constater que certaines réunions avec les avocats représentant l'industrie du tabac ne sont pas considérées comme des réunions à des fins de lobbying.

Dans sa recommandation publiée en octobre 2015, la Médiatrice a demandé à la Commission de publier proactivement en ligne toutes les réunions avec les lobbyistes du tabac, ou leurs représentants juridiques, ainsi que les procès-verbaux de ces réunions.

La Médiatrice a estimé que les Parties à la Convention – dont l'UE – sont tenues de prendre des mesures actives pour limiter les réunions avec l'industrie du tabac et à assurer la transparence lors de la tenue de ces réunions. La Médiatrice a également estimé qu'étant donné que toutes les directions sont impliquées dans des domaines législatifs et politiques relatifs à la lutte antitabac, elles devraient toutes mettre en œuvre les mêmes mesures de transparence que la DG Santé.

La Médiatrice a également demandé à toutes les autres institutions et agences de l'UE impliquées dans l'élaboration des politiques, de mettre en œuvre les règles de la CCLAT de l'ONU pour leurs fonctionnaires.

Note de la rédaction

La Convention-cadre de l'Organisation mondiale de la Santé pour la lutte antitabac (CCLAT) est entrée vigueur en 2005.

Les PRINCIPES DIRECTEURS de la CCLAT – Article 5.3

Principe 1: Il y a un conflit fondamental et inconciliable entre les intérêts de l’industrie du tabac et ceux de la santé publique.

13. L’industrie du tabac assure la production et la promotion d’un produit dont il est avéré scientifiquement qu’il crée une dépendance, qu’il provoque maladies et décès et qu’il est à l’origine de divers maux sociaux, notamment la paupérisation. Donc, les Parties devraient protéger le processus de conception et de mise en oeuvre des politiques de santé publique en matière de lutte antitabac de l’industrie du tabac dans toute la mesure possible.

Principe 2: Face à l’industrie du tabac ou à ceux qui s’attachent à promouvoir ses intérêts, les Parties devraient être responsables de leurs actes et agir dans la transparence.

14. Les Parties devraient veiller à rendre des comptes en cas d’interaction avec l’industrie du tabac sur les questions liées à la lutte antitabac ou à la santé publique et garantir la transparence de ces interactions.

Principe 3: Parties should require the tobacco industry and those working to further its interests to operate and act in a manner that is accountable and transparent. Les Parties devraient exiger de l’industrie du tabac et de ceux qui s’attachent à promouvoir ses intérêts qu’ils travaillent et agissent de manière responsable et transparente.

15. L’industrie du tabac devrait être tenue de fournir aux Parties les informations nécessaires à la mise en oeuvre effective des présentes directives.

Principe 4: Parce que ses produits sont mortels, l’industrie du tabac ne devrait pas recevoir d’incitations pour mettre en place ou poursuivre ses activités.

16. Tout traitement préférentiel de l’industrie du tabac serait en contradiction avec l’action de lutte antitabac.

The Ombudsman investigates complaints about maladministration in the EU institutions, agencies and bodies. Any EU citizen, resident, or an enterprise or association in the EU, can lodge a complaint with the Ombudsman. The Ombudsman's powers include the right to inspect EU documents, call officials to testify, and to open strategic inquiries on her own initiative. For more information: www.ombudsman.europa.eu

For press inquiries: Ms Gundi Gadesmann, Head of Communication, tel.: +32 2 284 26 09, Twitter: @EUombudsman